#2 : Les clés

Mis à jour : mai 10

Après avoir établi ce premier contact la semaine dernière, je prends mes précautions, pour éviter de créer la surprise, et appelle Mme A pour la prévenir de ma venue dans l'après-midi. Oui, venez, "si ça peut vous faire plaisir".

15h. Je sonne. Pas de réponse.

J'attends 5 minutes. Du bruit dans l'ascenseur qui descend. C'est elle qui descend, paniquée: "on m'a volé mes clés, on m'a volé mes clés, c'est encore un coup de ma fille".

Elle tourne en rond, les cheveux ébouriffés, répète en boucle. Je crois qu'elle ne m'a pas vue.

Elle est envahie par l'angoisse.

Je m'approche d'elle en m'adaptant à cette vive énergie : je parle fort, un peu vite mais trop, assez proche, des phrases courtes, qui montrent que je saisi la situation.

J'essaie d'entrer en résonance.

Puis phrase après phrase, je ralenti le rythme des mots, parle moins fort, détends mes muscles et ai un regard le plus rassurant et sécurisant possible. Il n'y a aucun doute que l'on va retrouver ses clés.

Elle entre en résonance et retrouve peu à peu ses esprits.

Le gardien est là, témoin de la scène. Il a le double, et nous ouvre. Entre deux portes, profitant que madame reparte dans ses recherches approfondies, il me lâche tout :"je dois lui ouvrir trois fois par jour, la nuit c'est un boucan, elle tourne en rond, ça réveille mes enfants, on ne peut plus dormir, et qu'est-ce qu'elle fait sa fille? On ne peut plus continuer comme ça, il faut faire quelque chose, il faut qu'elle parte, elle devient folle."

Il marque enfin une pause. "Pourtant c'était une femme si respectable. C'est triste, c'est triste." Colère, fatigue, empathie et tristesse... Le tout mêlé, en une minute chrono, comme un miroir de ce que dois probablement vivre Mme A.

Quel mystère cette vie qui se transforme, cette personne qui change si vite.



Quelle solution? Faire venir les aides à domicile, les infirmières, une femme de ménage, un portage de repas, réaménager l'appartement, mettre en place un traitement...Face au branle-bas-le combat, éviter d'être en résonance!

J'explique au gardien que des décisions hâtives, prises sans concertation, sous le coup des émotions ne seront pas la solution.

Il n'y a que le temps, qui permettra au lien de confiance de se créer, aux aides de s'installer, aux repères de se prendre, et à la personne de s'apaiser.


A suivre...


Maison des Cultures

Association loi 1901

27, rue du 4 septembre

77810 Thomery

contact@maisondescultures.com

Inscription newsletter
  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook - White Circle
  • LinkedIn - White Circle